PRÊT À CHANGER VOTRE REGARD SUR LE MONDE ?

Avons-nous tous le même droit de subvenir à nos besoins, de vivre heureux en société, de réaliser nos rêves ? Bien sûr ! Mais avons-nous tous et toujours la même capacité d’y parvenir ?

Les personnes handicapées font partie des groupes les plus marginalisés dans le monde. Elles sont en moins bonne santé, atteignent des niveaux d’étude plus bas, participent moins à la vie économique et subissent des taux plus élevés de pauvreté que les personnes dépourvues de handicap.

Ils témoignent

Moussifa

UNE CLASSE PAS COMME LES AUTRES

Moussifa est née en 2007 au Togo. Son handicap auditif et la situation difficile de sa famille l’ont longtemps privée de scolarité.

Sa vie a changé !

Grâce aux efforts de Handicap International auprès des autorités scolaires togolaises et à la formation de son institutrice, Moussifa a finalement intégré l’école primaire dans une classe (presque) comme les autres : ici, tout le monde apprend la langue des signes en même temps qu’elle.

Moussifa peut enfin avancer dans la vie et ses camarades acquièrent une compétence supplémentaire !

Ali

LA PLAGE POUR TOUS !

Ali, pourra bientôt profiter de la plage comme tout autre citoyen Gazaoui.
Auparavant, l’accès à la plage était difficile pour de nombreuses personnes en situation de handicap. Grâce notamment à Handicap International, une nouvelle infrastructure comprenant une rampe d’accès vers la mer a été mise en place à Gaza.

Le bâtiment a été entièrement adapté aux différents types de handicap, offrant ainsi à chaque habitant, la même chance d’être intégré dans tous les aspects de la vie dans la bande de Gaza.

Reema

JE SUIS LA FILLE LA PLUS HEUREUSE DU MONDE

Depuis sa naissance, Reema est atteinte de phocomélie, une malformation congénitale rare : son pied, implanté directement sur son genou, l’empêchait de marcher sans béquilles. Abandonnée à ses six ans, c’est un voisin qui a emmené Reema à l’orphelinat, dans la vallée de Katmandou où elle a été opérée afin qu’elle puisse porter une prothèse. Elle a suivi des séances de kinésithérapie et a appris à marcher avec sa nouvelle jambe.

« Avant, les gens me regardaient tout le temps. Je n’étais pas heureuse et j’avais une vision très négative de l’avenir. Pendant des années, j’ai regardé les émissions de danse à la télévision, pensant que je ne danserais jamais. Je m’entraîne tous les jours, du matin au soir. Quand je danse, mes frères et soeurs chantent et font de la musique.
C’est super. Je suis la fille la plus heureuse au monde. Je vais à l’école, je ressemble à mes amis, je marche comme eux et je danse comme les stars ! »

 

Shahista

Le courage de Shaista

Shaista, 17 ans, vit au Cachemire, en Inde. Gravement blessée suite à un accident de voiture qui lui a fait perdre un bras et une jambe lorsqu’elle avait 4 ans, elle a  reçu des prothèses et des soins de réadaptation grâce au soutien de Handicap International.

Quand elle était petite, à l’école, les discriminations étaient fréquentes : « On m’appelait « l’handicapée ! ». On me disait « tu ne sers à rien ». « Tu ne trouveras jamais un mari ».

Elle reçoit deux prothèses, à la jambe, et à son bras droit : « Pour moi, ça change tout. Je me sens plus autonome, et surtout, mon handicap est moins visible. Je suis moins observée », explique-t-elle. « Avec ma cousine, Shaista, même nom, même âge, on est inséparables.»

Sa maman reste optimiste : « Quand je la vois, je n’ai qu’une envie : qu’elle obtienne un emploi stable, qu’elle soit autonome, heureuse. Que son avenir soit plus doux que l’enfance qu’elle a subie ».


Indignés face à l’injustice que vivent les personnes handicapées et les populations vulnérables, nous aspirons à un monde solidaire et inclusif, où toutes les différences nous enrichissent et où chacun peut « vivre debout ».